Roquepertuse
Collège
Velaux
 

Pragerstrasse, Otto Dix, 1920

jeudi 15 novembre 2012

On analysera dans ce tableau expressionniste, les différents aspects de la crise d’après-guerre en Allemagne.

Bilan de la 1GM :
La guerre laisse visibles, 2 ans après l’armistice, des séquelles irrémédiables sur les victimes directes (mutilés) et indirectes (veuves et orphelins).

Crise sociale
Les gueules cassées et les anciens combattants ne perçoivent pas suffisamment de reconnaissance sociale au regard du sacrifice de leur jeunesse.
Tous les invalides ne sont pas égaux face au handicap (mendiant/bourgeois ont des prothèses différentes).
La réparation plastique des corps mutilés voisine dans les vitrines avec les boutiques de colifichets incarnant la coquetterie.

Crise politique
le spartakisme révolutionnaire a emporté les illusions d’un socialisme réformateur. L’Allemagne en sort brisée pour se confronter violemment
avec les groupes d’anciens combattants ultra-nationalistes, qui accusent les socialistes de les avoir privés d’une éventuelle victoire.
L’antisémitisme est associé à l’antiparlementarisme . Les socialistes de la république de Weimar (dont certains sont juifs) sont désignés comme responsables du Diktat de Versailles.
S’y ajoutent les débats de fond sur la nature du repeuplement d’après-guerre (pbme de race, interdiction de la contraception et de l’avortement).


Conclusion

Otto Dix dévoile une des racines du nazisme : le traumatisme de la première guerre mondiale, l’acceptation de l’horreur, la déshumanisation d{{}}e l’Autre à cause de ses handicaps ou de sa race.
L’absurdité du monde décrit est résumée par un mot griffonné sur le mur entre les deux vitrines « Dumm » (idiot).

 
Collège Roquepertuse – Allée Evariste Galois - 13880 Velaux – Responsable de publication : Mme. MARTINEZ
Dernière mise à jour : jeudi 16 septembre 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille