Roquepertuse
Collège
Velaux
 

Le quartier français, un écoquartier

mardi 12 mai 2015

Un dernier article d’un de nos reporters en Allemagne : Loïc Heymes

Le quartier français

Durant la deuxième guerre mondiale, le quartier français était constitué de casernes. Certaines casernes ont été aménagées en maisons ou en places publiques. Le nom de « quartier français » provient de l’installation des casernes française lors de l’occupation de l’Allemagne par les Français à la fin de la deuxième guerre mondiale . le 19 avril 1945. Cela fait exactement 70 ans que les Français entraient en vainqueurs à Tübingen, 19 avril 1945, ils ne se retirèrent qu’après la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989. Tout fut donc réaménagé. Un ruisseau enseveli sous le bitume et sous les chars fut dégagé, ce qui donna de jolis jardins et une petite forêt pour le quartier. Une personne y emmena même 2 vaches.
Les bâtiments actuels du quartier français sont composés au-rez de-chaussé de petites entreprises, de bureaux, de cabinets médicaux, de commerces... tout ce qui est utile pour la vie de tous les jours. Au-dessus il y a les habitations. Au milieu de tous les immeubles, il y a des petits jardins pour les enfants (ou pour les adultes) communs à plusieurs immeubles. Les immeubles ne sont pas trop hauts pour permettre aux parents d’appeler par la fenêtre leurs enfants qui jouent.
Certaines casernes ont été achetées collectivement par des groupes de personnes en vue de répartir le coût des aménagements collectifs.
Les terrains ne furent pas attribués à ceux qui disposaient des plus gros moyens de paiement, mais aux projets les plus réalisables. Si la personne n ’a pas assez d’argent ou si le projet ne se fait pas alors le terrain est rendu à l’État.
Par exemple un atelier a été créé pour faire de la menuiserie alors que cela fait du bruit, mais les technologies ont permis de réduire la pollution, de réduire l’impact sonore et le nombre de camions en circulation.
Tous les noms des rues et des places du quartier évoquent Aix-en-Provence, la ville jumelée, excepté la place des Déserteurs inconnus et la rue des Chasseurs.
Cette dernière tire sont nom du fait qu’avant l’installation des Français, on y chassait dans la forêt proche.
Il y a une place des Déserteurs Inconnus car quand la guerre fut presque terminée certains jeunes Allemands de 20 ans ne voulaient pas mourir alors que tout était perdu, cela paraissait du suicide. Ils voulaient rentrer chez leurs parents, alors les nazis les retrouvèrent et les fusillèrent pour désertion.
Un garage à ascenseurs automatiques fut bâti. La porte s’ouvre par télécommande, on place son véhicule dans l’ascenseur , on ressort et la voiture est rangée toute seule vu que c’est 100% électrique. Mais comme il y avait des pannes et que comme partout les habitants de Tübingen semblaient chérir autant leurs voitures que leurs enfants le système ne rencontra guère de succès.
Là où il y avait les écuries en briques, il y a désormais des photographes, des peintres …des restaurants pour prendre le café du matin.
Tout cela a été réalisé pour le bien-être des habitants du quartier français, pour qu’ils se parlent entre eux, pour de l’entraide et de la connaissance de ses voisins, bref un « mieux vivre » ensemble en toute convivialité.

Loïc Heymes

Portfolio

 
Collège Roquepertuse – Allée Evariste Galois - 13880 Velaux – Responsable de publication : Mme. MARTINEZ
Dernière mise à jour : vendredi 9 juillet 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille